La Guinée a été héroïque ce mercredi et a offert une soirée euphorique aux supporters présents au stade du 28 septembre en renversant le Sénégal pour se qualifier à la phase finale du CHAN 2018.

Au terme d’un match largement remporté par le syli local, les deux entraîneurs ont eu une lecture différente de cette opposition du dernier des éliminatoires du championnat d’Afrique des Nations.

Kanfory Lappé Bangoura

« On a mis un pressing et imposer un rythme. Finalement, le match s’est joué à sens unique. Tout le travail effectué à l’entraînement a payé notamment le jeu sur les côtés et les phases arrêtées. Je pense que tactiquement on a pu s’imposer. Il y avait de la volonté et sur le plan physique, on était là (…) Tout a marché surtout au niveau du réalisme. Mettre cinq buts déjà, c’est vrai que ce n’est pas la Guinée Bissau, c’est le Sénégal. On a été bon offensivement et on a été costaud défensivement ».

Moustapha Seck

« Il n’y a pas un écart de cinq buts entre cette équipe du Sénégal et cette équipe de Guinée. Je le dis et ce n’est pas parce que je suis sénégalais. Je suis entraîneur, j’ai duré dans le football, j’ai regardé des matchs. A voir la première manche, je savais pertinemment que le match retour allait être difficile parce que nous sommes en plein hivernage. Si le match a été reporté hier, c’est parce que les conditions climatiques ne le permettaient pas. Aujourd’hui, on était dans les mêmes conditions mais le match a été maintenu. Même les joueurs guinéens glissaient et tombaient. Il n’y avait pas une pelouse qui favorisait un jeu fluide (…) Durant le match, il n’y a pas eu de jeu développé par une équipe. A un moment c’était on a plutôt vu du kick and rush ».

Laisser un commentaire